Miam Miam #1

Six mois une date importante dans la vie de bébé puisque se croisent poussée de croissance, premières dents (nous elle les a fait à ses 5 mois tout rond pour fêter Noël) et introduction des aliments. Et cette dernière partie est à la fois excitante et déroutante. Manger un grand mot et un grand moment dans la vie d’un enfant et de ses parents. Signe que bébé prend petit à petit de l’autonomie et de l’indépendance.

On a l’impression que bébé va se mettre à manger tout aussi naturellement qu’il s’est mis à boire son lait et bien non ! Les actions de mâcher et d’avaler ne sont pas innées loin de là. Souvent bébé a commencé à imiter le mouvement de mâcher en nous voyant faire. C’est d’ailleurs bien intéressant d’asseoir bébé à table avec vous quand il est capable car ainsi il observe et commence à apprendre par mimétisme. Pourtant même s’il semble bien faire ce mouvement, et d’ailleurs parent et bébé sont alors tout joyeux de le constater, bébé ne mâche pas vraiment et n’avale pas du tout.

Pour que ces techniques soient assimilées, il faut que bébé soit confrontée à plusieurs reprises à l’introduction de nourriture dans sa bouche pour qu’au bout du compte s’étant habitué à avoir des solides, il commence à imaginer ce qu’il pourra faire avec. Il commencera alors à tester ce qu’il peut en faire. En général, il recrache, pousse avec sa langue ou garde juste en bouche dans les premiers temps. Quand on sait qu’il doit aussi s’habituer à de nouveaux goûts, cela fait beaucoup de choses à assimiler pour ce petit être dont l’apprentissage peut être plus ou moins long pour certain.

Tous les goûts et les consistances étant dans la nature, chaque bébé aura ses préférences en commençant par des purées lisses ou grumeleuses ou encore pour certains des aliments sans préparation comme le propose la DME (Diversification alimentaire menée par l’enfant). Nous, nous nous sommes posés beaucoup de questions surtout en voyant la première semaine d’essai. Petit Koala ne semblait pas vouloir avaler que se soit en lisse ou en grumeleux. Et le papa était pas mal stressé par la méthode DME. Moi j’avoue c’est une technique qui me tente. L’idée d’autonomie laisser à l’enfant et par là même lui permettre d’apprendre à s’écouter tout en développant ses habilités motrices, ça m’enchante bien. Mais petit à petit, papa s’est laissé tenter par mes propositions d’aliments semi-mous à lui proposer : tomate, banane, poire bien mûre, avocat, jaune d’œufs durs… Petit Koala montre alors de bien belles habilités et un plaisir à manger puisqu’elle commence à avaler doucement avec ce principe d’alimentation. Elle semble avoir un grand besoin de tester et toucher par elle-même, et comme elle fait ses dents ça l’aide aussi beaucoup. Souvent ce qui fait peur c’est lorsque pour la première fois, ils toussotent, recrachent et semblent s’étouffer. Or ils apprennent simplement le réflexe de rejet/nauséeux qui les protègent contre les étouffements. Savoir recracher et mesurer la grosseur de ce qu’ils avalent. Bien évidemment il faut faire la différence avec le réel étouffement et connaître les gestes à faire ou non dans ces cas là. Nous commençons donc ce premier mois entre purées et aliments entiers sélectionnés afin aussi de lui proposer plusieurs textures. On ne veut pas non plus proscrire les purées mais plutôt diversifier. Et ça marche bien pour le moment alors on va continuer dans cette voie et adapter au fur et à mesure des capacités qu’elle va développer.

mangerplateauass

Il n’y a pas de meilleures méthodes. Être à l’écoute de son enfant et aussi de soi, appréhensions et envies, sont au cœur d’une bonne évolution dans l’introduction des aliments chez bébé. Je crois que l’important est d’être compréhensif et empathique. Laisser le temps à bébé de se familiariser avec ses nouvelles découvertes est essentiel pour que l’apprentissage se fasse en douceur et surtout à son rythme. Certains bébés mangeront rapidement et d’autres auront besoin d’un mois, 2 mois… Surtout ne pas brusquer, ni insister mais présenter les aliments régulièrement 2 fois par jour. C’est à force de régularité et aussi en testant différents goûts et consistances que vous aiderez votre enfant à trouver son chemin vers l’alimentation solide. Dans tout les cas, quand on se pose des questions sur la santé et l’évolution de notre enfant, faire confiance à son instinct et/ou consulter un médecin sont de bonnes démarches.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s