Miam Miam #2

L’introduction des aliments est enfin faite depuis ses 6 mois. Comme je vous l’expliquais dans le premier Miam Miam, nous avons dès le début varié entre purées et aliments entiers comme dans la DME (Diversification alimentaire menée par l’enfant). Mais très vite notre demoiselle nous a imposé son rythme et ses préférences. Se faire donner la cuillère est devenue impossible. Alors s’est imposé la DME exclusive. Comme papa n’était pas sûr et que tous les aliments ne sont pas simples d’approche dans les débuts, nous nous sommes mis à couper, bouillir et tester petit à petit. Ce qui a été très intéressant c’est que sa motricité et son apprentissage de mâcher se sont vu évolués à une vitesse folle. Forte de ses nouveaux apprentissages, elle a décidé ou enfin une partie de ses dents, ont décidé de ralentir le rythme et de ses 8 mois à ses 10 mois, on s’est vu usé de nombreux stratagèmes pour arriver à la faire manger. Mon grand enthousiasme des débuts s’est vu fragilisé et mes questionnements sur sa santé reprendre de plus belle.

Une nouvelle étape s’est amorcée. C’est la période où elle a commencé à se mettre debout, où les dents ont poussées par 7 et où ses nuits (et les autres) découpées disant bye bye au 10h ou 12h sans réveil. L’idée de reprendre les purées est revenue sur le devant de la scène au vu de son manque d’intérêt pour la nourriture. A notre grande surprise, cela a marché. Elle a accepté de plus en plus la cuillère et c’est même mise à la manipuler elle même de mieux en mieux. Et comme on ne la refait pas, elle et son autonomie nous ont assez vite demandé de les laisser faire seules. Apprentissage de la cuillère, mix purée et aliments entiers, reprise d’appétit petit à petit et récemment arrêt du biberon en journée. Nous sommes donc en train de finir la transition vers biberon du matin-repas sans biberon le midi-goûter-repas du soir avec biberon-biberon du coucher. Nous avons diminué petit à petit les quantités. L’idée qu’elle ira à la garderie cet été a enclenché cette transition car j’avoue je n’y avais pas réellement pensé ou plutôt je pensais qu’elle allait d’elle même diminuer le biberon au profit de vrais repas. Or ce n’est pas le cas, elle en prendrait bien elle des biberons toute la journée. Mais malgré tout, cela se passe bien car les repas du midi sont de plus en plus copieux même si je trouve que ces préférences alimentaires se restreignent de plus en plus. A voir donc avec le temps car les dents continuent de perturber tout cela et ce n’est pas toujours simple quand on doit quand même s’assurer que bébé mange suffisamment. Alors les collations d’après-midi sont une bonne manière de compenser les midis mini.

La cuillère et la tasse ont donc fait leur apparition dans ses mains. Elle les manipule aujourd’hui avec beaucoup d’aisance et elle en comprend bien la manière de les utiliser. Le monde des aliments et de l’autonomie alimentaire continue son chemin et nous essayons au mieux de suivre son rythme, ce qui inclus en l’occurrence des aller-retour, des hauts et des bas.

Petit aveu, je crois que l’inconstance ou la non linéarité de son évolution, entre ses débuts florissants avec les aliments et son retour en arrière ces derniers mois, m’ont pas mal mis dans une peur de la voir refuser la nourriture et aussi de se retrouver avec des problèmes d’allergies ou autre. En fait les premiers mois où nous étions dans l’insécurité constante de son état de santé et que nous avons enfin découvert son intolérance aux protéines bovines, m’ont pas mal plus affectés que prévu. J’ai la peur qu’elle ait quelques choses que l’on ne voit pas, d’autant que sa digestion est encore chaotique avec des gazs parfois douloureux la nuit et des rots qui continuent de nous faire la guerre. J’essaie de ne pas lui faire sentir et surtout de me raisonner car je ne veux pas qu’elle sente une pression vis à vis de la nourriture et au final de lui créer du stress. Alors je reste zen et essaie de l’écouter au mieux. Je me rappelle aussi que l’évolution d’un bébé c’est des hauts et des bas et que rien n’est constant et que ce qui est un jour, ne sera peut être pas demain. Alors on relativise et ça marche plutôt bien. Mais je crois qu’en tant que parents de bébé qui n’a pas « tout qui roule tout seul » depuis le début et dont la grossesse a été pas mal d’inquiétude sur sa santé, ce n’est pas simple de lâcher prise sur ces inquiétudes là. Le chemin se trouve tranquillement vers plus de sérénité.

Alors voilà notre fille est aujourd’hui avec la cuillère dans une main, un morceau de brocolis dans l’autre, une tasse d’eau devant elle et des biberons qui disparaitront petit à petit. Ah et n’oublions pas le beau bavoir autour du cou qui avec la DME s’avère une nécessité absolue !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s